Tous les articles par Antoine

La révolution des vagues artificielles

Depuis quelques années, le monde de la glisse et des loisirs s’excite sur le principe des piscines à vagues.

Piscines à vagues nouvelle génération

Si le concept n’est pas nouveau, loin de là, on est maintenant très loin des remous ou ondulations des premiers parcs aquatiques.
Depuis que l’industrie du surf s’est vraiment penché sur la question, les projets de vagues artificielles se sont multipliés, avec plus ou moins de succès.

La révolution Wave Garden

C’est bien le principe de Wave Garden qui a tout changé.
La  » vague dans votre jardin » est apparue sur les réseaux sociaux et youtube entourée de mystère. Les images tournées au pays basque espagnol ont fait fantasmer tous les amoureux du surf ne vivant pas au bord de mer.
Pourtant, le monde des puristes n’a pas forcément validé le concept. D’aucun disant que l’on perdait l’essence même du surf, le côté aléatoire de la vague, la quête des conditions parfaites.
D’autres trouvaient la vague pas totalement satisfaisante.

Wavegarden-Aerial-view

Wave Garden a alors sorti une deuxieme version de sa vague. Avec une double aile permettant de surfer en même temps en gauche et droite, avec un système toujours alimenté de façon « green » et une multitude de petits plus très bien pensés, le principe de la vague artificielle était totalement validé.
La première Wave Garden ouverte au public fut enfin lancé dans la région de Liverpool en Angleterre. Pas forcément l’endroit le plus  » surf paradise » que l’on pouvait imaginer. Mais le SurfSnowdonia est un véritable complexe ludique accueillant donc le concept de Wave Garden.

Puis c’est à Austin au Texas que la deuxieme Wave Garden est apparue. Là encore, pas totalement la terre de surf la plus évidente, mais pourtant un vrai concept commercial réussi

La franchiseWave Garden propose donc aujourd’hui 3 vagues ( avec celle originelle de Gipuzkoa en Espagne. Mais elle annonce une vingtaine de projets  » dans les tuyaux » ( into the pipe) ce qui promet un véritable réseau dans les prochaines années.

La vague de kelly Slater

Le king du Surf a définitivement validé le projet de vagues artificielles world class en livrant un projet totalement abouti et incroyablement réussi. Le monde du surf est unanime sur la qualité de la vague générée par son concept. Les premières images de sa piscine a vague ont fait le tour du monde du web fin 2015.

La Kelly Slater Wave Company venait donc chassé dans le jardin de la Wave Garden ( ok jeu de mot facile) avec une vague plus technique, destinée aux surfers !

La réponse Wave Garden 2017 : La wave garden Cove

La réponse du pionnier vient de tomber, avec une orientation plus ludique. La nouvelle Wave Garden permet de proposer une vague surfable toutes les 8 secondes !
La vidéo ci dessous annonce 1000 vagues par heure ! ( 1 heure = 60 minutes = 3600 secondes )

Campagne de communication Région Bretagne

Une fois n’est pas coutume, nous allons parler tourisme dans le blog.

Ou plutôt, à quelques semaines de l’été, nous allons évoquer une campagne de communication plutôt réussie par la région Bretagne.

La communication touristique de la Bretagne

Avec un slogan plutôt bien senti  » Passez a l’ouest », la région affiche clairement son intention de séduire les urbains et plus précisément les parisiens, situés à moins d’1h30 de TGV !

La campagne joue sur les « clichés » 2017 de la capitale et les détourne façon « Breizh ». Une façon originale de communiquer avec quelques jolis clin d’oeil, voir même du second degrés « osé ».

La campagne s’est dotée d’un joli site web très tendance, jouant sur les mêmes visuels et augmenté par de la vidéo.
On est très loin des images classiques, des crêpes, des bigoudennes, les bateaux, ou la Thalasso.

campagne-Puces campagne-Surfeurs campagne-Telepherique campagne-Transports

campagne-Eolienne campagne-Festival campagne-Hipster campagne-Mabilay

Nous, on adore et plus particulièrement quand le slogan est fait pour « piquer un peu » comme la référence à l’air brassé, ou à la tendance à « regarder de haut ».

Un joli pari plein d’humour qui apporte un peu de renouveau dans la communication des régions en France, beaucoup trop académique et consensuelle à notre goût.

La Data bunker de la fin du monde

Alors que le pays à été récemment nommée  » le pays le plus heureux du monde » en 2017, la Norvège est aussi très prévoyante et affiche un optimisme curieux.
En effet, ce pays à créer un véritable bunker pour préserver les Data terrestre en cas d’Apocalypse.
Après avoir déjà réalisé un bunker de ce type pour conserver l’ensemble des graines du monde ( Global Seed Vault) et pérenniser ainsi les cultures existantes, la Norvège à donc lancé le  » Artic World Archive  » sur l’île de Svalbard.

arctic-world-data-archive-global-seed-vault-1-2-1200x630-c

Conserver la mémoire de l’humanité

La vocation de ce lieu, ultra sécurisé, est de laisser une trace de toutes les informations, documents et données référents à l’histoire de l’humanité et protéger cette méga bibliothèque pour les générations futures.
Mais là où le concept est encore plus innovant ( dingue ?) c’est le fait de prévoir la conservation de ces données en cas d’apocalypse !

Une ambassade  digitale mondiale ?

L’appel est fait aux pays souhaitant confier la conservation d’une partie de leur data pour la postérité.
D’après le site Mashable, quelques pays auraient déjà confié des éléments fondateurs de leur histoire.

Une ancienne mine de charbon comme Data Room

C’est donc dans une ancienne mine de charbon, sur une île sous le pôle nord, que la société Piql les data seront stockées, enfouies sous terre dans des coffres-forts. La base a officiellement été ouverte le 27 mars 2017 et recueille donc dès à présent une première base de documents.

arctic-world-data-archive-global-seed-vault-10-970x647-c

 

 

Crédit photos : Global Crop Diversity Trust/Flickr

Qui a dit que les voitures électriques se traînent ?

Décidément, l’univers de la voiture électrique est en pleine (r)évolution. C’est même sans doute le mode de transport qui nous réserve le plus de surprises en attendant les fameux drones de transport ou le déplacement supersonique de l’Hyperloop

Renault booste ZOE

La marque au losange a toujours aimé proposer ses « petites » voitures en version sport voir très sport.
Les plus vieux d’entre nous se souviennent certainement de la R5 GT Turbo II ! Et plus récemment, les modèles RS des mégane, clio etc…
Mais jamais nous n’aurions pu imaginer que la ZOE, la gentille et très sage voiture électrique allez être imaginé en modèle sur vitaminé !

Pour les râleurs , réglons tout de suite le problème du bruit. A l’instar de la course de F1 éléctriques dans les rues de Paris en 2016, les voitures modèle sport « traditionnelles » ont un « son » que les amateurs aiment au moins autant que leur puissance et leur capacité de conduite. Et donc la ZOE sport ne va pas vrombir au démarrage.
Mais peu importe, l’idée est tout simplement géniale.

zoe sport concept car electrique

Zoe e-sport Concept

Encore à l’état de concept, la voiture a été présenté au salon de Genève dans la plus grande surprise ! Il s’agit d’une collaboration entre Renault Sport et la direction électrique du constructeur.
Côté technologie, voila ce qu’elle a dans « la dynamo »

Il s’agit d’une voiture en 4 roues motrices, embarquant 2 moteurs électriques qui peuvent developper une puissance de 460 ch !
Renault annonce un temps de 3,2 s pour passer de 0 à 100 km/h et une vitesse maxi ( sur circuit) de 210 km/h ( bridé) qu’elle devrait atteindre en 3,2 secondes seulement !

La ZOE sport ne verra sans doute jamais le jour, car pour booster un tel véhicule, il a fallu faire de nombreux compromis, le premier étant bien évidement l’autonomie des batteries. Sans compter le type de préparation spécifique pour que cette voiture urbaine électrique devienne une bête de course.
Mais cela laisse augurer de nouveaux modèles assez sympa dans les années à venir.

On vous laisse en images

Pourquoi l’Hyperloop est le déplacement du futur ?

Le projet Hyperloop n’est pas nouveau. Dans les faits, il a été lancé en 2013 par le milliardaire Elon Musk. Cet américain est un ingénieur chef d’entreprise et inventeur. On le connait notamment pour la création des marques Tesla Motors et SpaceX.
Pour le développement de son projet, Elon Musk n’a volontairement déposé aucun brevet, afin d’encourager l’aspect collaboratif des recherches.

Qu’est-ce que l’Hyperloop ?

Pour faire simple, l’Hyperloop est le train du futur.
Il permettrait de relier des grandes distances en un temps très réduit. Par exemple, on estime que pour parcourir les 600 kilomètres qui séparent Los Angeles et San Francisco, il faudrait environ 30 minutes. En effet, la vitesse de déplacement imaginée est de 1200 km/heure !

L’idée peut paraître très simple, et c’est pour cela qu’elle est géniale. Dans l’Hyperloop, on déplace des capsules de passager sur des coussins d’air, dans un très long tube à basse pression.  On parle de train à sustentation magnétique.

Le 11 Mai 2016, une première démonstration d’un prototype avait eu lieu près de Las Vegas. L’une des sociétés privées, qui intervient sur le projet, a annoncé la construction d’un tube, potentiellement utilisable à des essais publics à la mi-2017, dans le désert du Nevada.

Pourquoi l’Hyperloop peut être une vraie révolution industrielle ?

Elon Musk a pour projet de rendre l’Hyperloop auto suffisant grâce à un système de panneaux solaires, réduisant ainsi l’indice de pollution de nombreux déplacements. Il propose également d’autres avantages, comme un coût du billet moins élevé que celui de l’avion ou d’autres trains. Il souhaite également supprimer les contraintes horaires, en proposant un arrivage de capsule très soutenu, à la manière d’un métro supersonique.

Le projet Hyperloop

Avec tous ces atouts envisagés par Elon Musk, l’Hyperloop peut révolutionner notre concept du voyage.
Avec une vitesse pareille, même les plus lointaines destinations nous semblerons beaucoup plus accessibles. L’Hyperloop encourage les déplacements humains et, peut-être même plus tard, des déplacements de biens ou de marchandises, pour une réduction encore plus importante des dépenses (financières, énergétiques, etc…) liées à l’importation ou l’exportation.

L’hyperloop moins cher que le TGV

En plus de tout cela, il a été révélé que la mise en place de l’Hyperloop serait potentiellement moins cher que la construction d’une ligne de TGV en France. En effet, le coût estimé serait de 11 millions d’euros le kilomètre, contre 15 à 30 millions pour le TGV. En parlant de la France, cette dernière envisage également d’accueillir l’Hyperloop. En effet, le projet « Hyperloop Lyst » est actuellement mené à l’école des Mines de Saint Etienne. Le but serait de rejoindre Lyon à Saint-Etienne en 5 à 10 minutes.
Un test est aussi prévu dans la région de Toulouse. La ville rose qui serait alors théoriquement à 45 minutes de Paris via le réseau Hyperloop, devenant ainsi plus proche que les villes de banlieue !

Le futur de l’hyperloop encore incertain

Actuellement, la seule grande difficulté que le projet pourrait rencontrer, c’est la construction d’un réseau mondial, aujourd’hui inexistant et qui devrait être implanté dans des endroits déjà fortement urbanisés.
Il reste tout de même quelques « soucis » technologiques à régler comme la vitesse très importante dans le tube ( les frotements…) et la bulle d’air créée devant le nez de l’appareil. Toutefois, selon les différents ingénieurs travaillant sur le projet, ces freins sont « théoriquement » résolus.

Hyperloop

Des projets apparaissent partout

Ces derniers mois, des projets très sérieux sont apparus un peu partout dans le monde. Aidé par un appel à projet international, des organisme privés ou régionaux ont publié des projets à candidature pour certains assez saugrenue là où d’autres apparaissent au contraire basé sur une réalité économique.
Pour exemple, le seul projet français est en fait un projet franco-italien. Pour être plus précis, un projet corso-sarde.
Les deux îles voisines de la méditerranée ont déposé ensemble un projet extrêmement intéressant permettant de connecter en quelques minutes deux grands bassins de population avec des effets de leviers économiques nouveaux pour ces îles.

Sans parler bien sûr des tests actuels, qui se déroulent à Dubai ou de la base de tests dans le désert du Nevada

Le tender nouvelle génération

Chez Tendance et Innovation, on aime les belles choses mais on aime aussi qu’elles puissent servir dans nos éléments favoris.
Dans le cas du joujou présenté ici, tous les éléments sont réunis puisqu’il s’agit d’un bateau (et quel bateau !) qui va donc sur l’eau, notre terrain de jeu préféré.

Perso, je ne suis pas fan des bateaux moteurs. Par opposition sans doute aux voiliers qui sont pour moi bien plus majestueux. Mais je reconnais volontiers la classe de certaines lignes de bateaux propulsés.
Pour avoir eu la chance de piloter quelques heures un Riva, et mettre balader le lendemain sur un Mangusta 80 entre Corse et Sardaigne, je peux mesurer l’effet de ce type d’engin.

Mais il est une catégorie de bateaux moteurs qui m’a toujours fait fantasmer : les trawler pour leur look old school, pour l’habitabilité des espaces. C’est pour moi LE bateau à vivre.
Et dans la catégories des semi rigides, les Tender savent aussi me séduire.

Code Breaker, le tender catamaran couteau suisse.

Toujours à l’état de concept ou projet fou, ce bateau au ligne ultra futuriste est l’oeuvre du designer polonais Robert Blazejak qui possède déjà quelques belles réussites à son catalogue.Code Breaker catamaran

Le bateau fera 40 pieds soit donc 12 m de long et existera en 4 versions dont les noms fleurent bon l’été  : Cabrio deck, Coupé deck, Targa deck, Saloon deck.

Le designer à prévu d’en faire un bateau large et très habitable, les 6 m de largeur maximum permettant de prévoir une capacité habitable de plus de 70 m².
Réalisé en composite et propulsé par plus de 600 CV, il devrait afficher des vitesses de déplacement qui vont séduire pas mal d’utilisateur en quête de bateaux originaux, très confortables et restant rapides.

Le but clairement annoncé de Blazejak est de s’engouffrer dans ce marché délaissé par les catamarans, qui offrent des qualités de confort évidentes.

Quand je suis parti Sunreef, je suis parti avec une idée très claire d’un bateau pour la journée en catamaran entre 40 à 60 pieds avec des lignes contemporaines très racé

A quand ce day boat en test sur nos côtes ?
Nous on demande qu’à comparer….

Code Breaker Tender

(source de l’infos et phots  Superyachtnews)

C’est encore un vélo

Quand on aime le sport outdoor, la montagne et la techno, il y a fort à parier que l’on parle à un moment ou un autre de VTT.

C’est d’autant plus vrai quand on s’intéresse comme nous aux nouvelles tendances et innovations diverses dans ce secteur.
Alors amateurs de belles choses, nous voulions parler aujourd’hui de la marque de VTT Svobikes.

Le slogan de la marque est simple :

Oubliez tout ce que vous saviez du VTT

Le dernier né de la marque présente tellement de données mécaniques que l’on pourrait se croire dans un test de moto :

Boites de vitesse 14 rapports spécialement étagés pour la pratique tout terrain
Suspensions hydropneumatiques
Roues jantes carbones
Tige de selle téléscopique hydrolique avec commande au guidon
Transmission a courroie carbone

L’idée est de proposer un vélo ultra technique mais sans toutes les contraintes des réglages et entretien spécifique.

LA FIN DES DÉRAILLEURS

fin-derailleur

Boîte de vitesse Rohloff 14 vitesses et courroie Gates carbon drive garantissent une transmission silencieuse, fiable, souple et réactive.
Tous les SVO bikes sont conçus exclusivement pour cette transmission spécifique et répondent à un cahier des charges exigeant. Il ne vous reste qu’à pédaler!

Apple Watch Nike +

Voici l’objet pour « connecter » avant noël (*) 2 tribus qui se croisent de plus en plus souvent : les amateurs de running et les geeks ultra connectés.

apple-watch-nike

Dans le bureau de l’agence, difficile de déterminer quelle est la tribu la plus représentée. Par contre, il fut facile de voir l’effet de la nouvelle montre Apple sur les 2 camps ! ( PS : nous ne l’avons pas eu entre les mains)
Voici donc la collaboration entre l’Apple Watch et l’application Nike + bien connu des pratiquants de running.

Le projet commun

Il s’agit donc du lointain remplaçant des bracelet Fitbit et Jawbone ainsi que des bracelets Nike Fuelband.
Le transfert lors du mercato techno de développeurs et chefs produits entre les marques ne laissait guère de doute sur le travail collaboratif en cours.

Le look de la montre

Le cadran reprend le cadran originel de l’Apple Watch comme l’ensemble des montres de la Serie 2
Le bracelet en fluoroélastomère est beaucoup plus adapté au sport que les précédent. Plus léger et résistant ( ça changera des bracelet Suunto, 3 eme cassé !), ce bracelet est une évolution de l’Iwatch Sport précédente avec une nouvelle matière et surtout une perforation permettant une meilleure élimination de la sueur.

les couleurs Apple Watch Nike Plus
Proposée en 2 tailles de boitier en alu ( 38 mm et 42 mm) et quatre combinaisons de couleurs pour le bracelet Sport Nike :
noir/volt, noir/gris froid, Argent pâle/blanc et argent pâle/volt.

Inter connectée entre membres du club

La nouvelle iWatch est bien évidement connectée avec l’application Nike + Run Club
En plus de l’ensemble des infos de l’application de Nike, il existe une interaction intéressante entre les membres du club.
La montre embarque un programme d’entrainement et de d’interaction aidant à la motivation quotidienne.
Cela passe par des rappels réguliers de la montre selon les plans d’entrainement et les alertes créées ( alerte météo par exemple, mais aussi entrainement entre membres du club)

App Excercice

La montre Apple Nike propose donc de choisir parmi 12 plans d’entraînements selon les sports et les pratiques.
Bien sur, elle permet de continuer à utiliser les apps préférées.
Pour consulter ces différentes application, elle propose deux écrans spécifique à Nike +, personnalisable avec des éléments de l’app ( météo, cardio etc…)

Indépendante

Comme toute la Serie 2, plus besoin d’être connecté à son iphone pour utiliser la montre.  Elle prend son indépendance grâce à un GPS intégré et tous les capteurs hyper sophistiqués ( accéléromètre, gyroscope, cardio…)

Les plus

Annoncée étanche jusqu’à 50 mètres mais avec de nombreuses restrictions d’utilisation, elle est donc utilisable en Triathlon par exemple
Avec son écran très lumineux pour une bonne lecture en toute circonstance la nouvelle montre affiche ici une évolution attendue par les sportifs.

Les moins

A la lecture des capacités de la montre, l’éutonomie de course d’environ 5 heures est clairement insufisante. Ou plutôt elle montre que le public visé est plutôt pratiquant moyen geek que sportifs purs. Elle n’est donc pas là pour rivaliser avec les montres sporties connectées ( Suunto, Pulsar, Garmin…)

Le prix

Elle est vendue à partir de 419 €

 

Apple Watch Nike +

Apple Watch Nike +Apple Watch Nike +

 

 

*Elle avait été révélé lors du dernier keynote en même temps que les nouveaux Iphone 7 et 7+ et toute la polémique classique sur les produits Apple, au point de passer quasi inaperçue dans la masse d’informations. D’autant que même dans la gamme Watch Series 2, elle n’était pas forcément mise en avant.

Surface Studio, le tout en un de Microsoft

Un peu comme dans la monde de la mode et les fashion week, les geeks ont leur saison  des keynote.

Ces deux derniers jours, Apple présentait son nouveau Macbook Pro, mais c’est surtout Microsoft qui a étonné avec un premier desktop superbe et très novateur pour la marque.

Surface studio, à l’attaque de l’Imac

Alors autant le dire de suite, je suis l’un des rares ici à travailler sur autre chose que macbook ou imac. La pomme m’entoure mais je reste le ver dans le fruit !
Ceci étant dit, reprenons notre présentation du nouveau Imac Killer.

microsoft-surface-studio-3

Le Surface Studio est clairement fait pour rivaliser avec le doyen et le maitre des tout en un pro.
Et tant qu’a aller chercher le leader sur son marché, autant le faire bien…voir très bien même.
Je n’ai pas encore eu l’occasion de « toucher » le joujou ( c’est pas l’envie qui m’en manque mais vu que la date de sortie en Europe n’est pas encore connue…) mais la lecture de la presse spécialisée est unanime ce matin : le Surface Studio est une vraie réussite sur presque tous les points.

Design et innovation.

C’est certes le titre de ce blog, mais c’est aussi sur ces 2 éléments que l’on attendait au tournant le nouveau PC.

Côté design

Voila sans doute le point qui sera le plus contesté.
Les pro Imac trouve le Surface un peu « fat » et beaucoup moins élancé que la nouvelle version de l’Imac 27.
Effectivement l’écran 28 pouce est légèrement plus épais, même s’il n’affiche de 12,5 mm d’épaisseur.
Mais il cache un pied magique et articulé qui permet de transformer le Surface en une vraie palette graphique géante ou table à dessin ( inclinaison jusqu’à 20 degrès).
De plus l’écran est tactile, adapté au travail avec un stylet ainsi qu’avec un nouvel outil magique : le Dial

Côté technique

Là, il n’y a plus de duel possible. La bête en a dans le ventre et surpasse le concurrent. J’aime même lu dans un blog plutôt amateur d’Apple, qu’il ringardisait l’Imac !
Les perf sont assurées par des i5 ou i7 de sixième génération, cartes graphiques etc.
De 8 à 32 Go de Ram, et un disque dur de 1 ou 2 To….belle config non ?
Il dispose enfin de toute la connectique « normale » soit 4 port USB 3, lecteur de carte SD, prise jack, port mini display, prise ethernet, web cam, micro, son et bien sur Wifi/bluetooth. etc…

Côté prix

Bon là aussi il bat Apple, mais ce n’est pas une bonne nouvelle.
Encore plus cher qu’un Imac , il est annoncé à 2999 USD pour la premiere version jusqu’à 5000 boules pour la version survitaminée !
Ouch ca pique un peu quand même.

Mercedes classé X, la nouveauté allemande.

Nous avions évoqué il y a quelques temps le projet un peu fou d’utilitaires reliés à des drones pour une livraison de paquet, voici un autre aspect de la marque allemande qui vient de lancer une opération de communication ( séduction) vers les amateurs de pick-up.

Mais pas n’importe quel pick up puisque le Classe X semble lancer la marque à l’étoile dans l’univers du pickup, non présent dans la gamme déjà importante de Mercedes.

Mercedes-Benz Concept X-CLASS. Style et puissance, partez à l’aventure

Concept Class X

Le class X est donc le dernier chainon de la gamme, présenté officiellement en Suède ces derniers jours.

Annoncé avec un moteur Mercedes ( 3.0 V6 diesel de 260 ch), le véhicule reprend le châssis et la base du Nissan Navara.
Rien d’innovant donc si ce n’est le luxe et la débauche d’équipements embarqués que les véhicules vont offrir., surtout pour le modèle urbain.

Car en effet, il s’agira en fait de 2 modèles :
Le Concept X-Class Powerful Adventurer…tout est dit dans le nom.
Il s’agit d’un véhicule assez classique dans le programme, destiné aux pros et aux amateurs de tout terrain avec des besoins de chargement ( amis surfeurs ?)

14712836_1264324550291468_3297391439294476530_o
Le Concept X-Class Stylish Explorer, un modèle beaucoup plus orienté SUV et urbain, pour les amateurs de voitures de luxe au look baroudeur mais pas trop quand même….

14706929_1264324703624786_6911767186333673100_o

Les deux modèles devraient exister en simple et double cabine.

Quand et combien l’acheter ?

Malgré une commercialisation prévue pas avant la fin 2017, il ne s’agit plus de concept car mais vraiment des prochains véhicules de la marque. Il sera fabriqué en Espagne et aura pour objectif de concurrencer les modèles qui règnent sur le marché actuel : le Nissan Navara, le L200 de Mitsubishi, le Volkswagen Amarok…

Le prix devrait commencer à partir de 40 000 €

Quelle logique dans la stratégie Mercedes ?

Comme nous l’avions évoqué lors du (re)lancement du blog, nous ne sommes pas des spécialistes automobiles. Juste des amateurs de « belles choses ». Et forcément, ces pick-up attire l’oeil de certains, mais ils ont aussi généré des remarques différentes.
En effet, on peut s’interroger sur le choix de Mercedes d’aller vers des véhicules qui ne sont pas dans l’ADN de la marque. Le look provoquant et très voyant est clivant chez les fans de la marque à l’étoile d’argent.  On est ici à l’antithèse des coupés sports et classes.

Mais Mercedes ne se résume finalement pas aux berlines, puisque la gamme utilitaire et les 4X4 ou SUV connaissent un vrai succès.

A voir dans l’avenir pour savoir s’il s’agit d’un pari gagnant.

Découvrez quelques images ( fournies par Mercedes) des véhicules.
Le mini site dédié : Pick Up Mercedes

14570823_1264324146958175_1633857431628719033_o 14589697_1264324560291467_358535209875347996_o 14633649_1264324803624776_1360707616823044883_o
14706934_1264324616958128_1984434595330868014_o 14712798_1264324430291480_3021841112839028815_o14856135_1264324523624804_8797697573346545198_o 14876625_1264324546958135_3263230026483306422_o 14882126_1264324583624798_447492352554285142_o 14883703_1264324826958107_6507962463537146024_o 14889910_1264324423624814_3442260647330312927_o